Traitement des griffes, cors et durillons à Cavaillon (Vaucluse)

Les chirurgiens orthopédistes du centre Alpilles Luberon Orthopédie à Cavaillon (Vaucluse) vous informent sur les traitements des griffes, cors et durillons.

Qu’est ce que c’est ?

Il s’agit de déformations le plus souvent des petits orteils qui se « recroquevillent » et forme une « griffe » ou un « marteau ». Par conflit avec la chaussure, il se crée une réaction de la peau. Celle ci s’épaissit et qui crée des lésions arrondies sur les zones de frottement. On les appelle cors lorsqu’elles sont sur le dessus ou entre les orteils et durillon lorsqu’elles sont dessous.

Pourquoi cela apparait ?

Lorsque les petits orteils doivent supporter des contraintes excessives, ils finissent par se déformer. Cela provient souvent d’une anomalie d’architecture de l’avant pied ou d’une déformation (par exemple un hallux valgus) qui modifie la repartition des contraintes.

Que peut on faire ?

L’attitude thérapeutique dépend de la situation. Il peut s’agir d’une modification du chaussage, d’orthèses ou de chirurgie.

Quand faut il opérer ?

La douleur, la limitation, la difficulté au chaussage et l’aggravation progressive des troubles sont des critères qui sont à prendre en compte.
Il ne faut pas oublier que ces petites déformations sont parfois la conséquence d’autres problèmes qu’il faut savoir identifier et traiter pour éviter la récidive.

Comment cela se passe t’il ?

Les modalité d’anesthésie seront choisies en concertation avec l’anesthésiste au cour d’une consultation qui doit avoir lieu au moins 48 heures avant l’opération. Le plus souvent une Anesthésie Loco-Regionale (ALR) éventuellement associée à une sédation (Anesthésie générale très légère sans assistance respiratoire) est privilégiée. Aucune douleur ne peut être ressentie durant les 12 à 24 premières heures. Ensuite nous utilisons des médicament oraux pour prendre le relais mais la phase initiale, la plus douloureuse, est passée.

Le principe de l’intervention est toujours de rétablir une architecture « normale » du pied. Les gestes sur petits orteils ne suffisent pas toujours à garantir le succès de l’opération. Il faut également traiter la cause et notamment s’assurer de la bonne fonction du gros orteil (cause la plus fréquente) et intervenir dessus si besoin. Le type précis du geste chirurgical du type de déformation, de son importance, de sa souplesse et de sa cause. Ces différents gestes peuvent être réalisé en chirurgie classique ou percutanée à l’aide de fraises motorisées et de mini bistouri.

Quelles sont les suites de l’intervention ?

  • L’hospitalisation peut être réduite à une journée (ambulatoire) ou de 24 à 48h.
  • La marche avec un appui complet est autorisé des le réveil du pied sur une chaussure postopératoire spéciale.
  • Un traitement anticoagulant peut être nécessaire en fonction de vos facteurs de risque.
  • Les pansements sont refaits par l’équipe chirurgicale au cour de consultations dédiées
  • L’arrêt de travail oscille entre un et deux mois en fonction de la profession exercée et de l’importance du geste chirurgical.