Les entorses et l’instabilité de cheville à Cavaillon (Vaucluse)

Les chirurgiens orthopédistes du centre Alpilles Luberon Orthopédie à Cavaillon (Vaucluse) vous informent sur le traitement des entorses et instabilité de la cheville.

Qu’est ce que c’est ?

Une entorse de la cheville est l’élongation (lorsqu’elle est qualifiée de bénigne) ou la rupture (lorsqu’elle est grave) des ligaments généralement externe de la cheville. Ces ligaments sont les « cordages » qui unissent les os de part et d’autre de l’articulation et qui en assure a la fois la mobilité et la stabilité.
Lorsqu’il s’agit d’un premier épisode et que la prise en charge est adaptée, la cicatrisation obtenue va permettre de retrouver la mobilité et la stabilité de l’articulation.

Parfois, du fait de la répétition ou de la sévérité des traumatismes, ou parce que la prise en charge initiale est imparfaite, ces ligaments ne cicatrisent pas correctement. Le patient sent sa cheville qui « lache » des que le terrain est irrégulier. les traumatismes se multiplient et la situation s’aggrave progressivement.

La répétition des entorses est le signe d’une cheville instable.

Les examens complémentaires

Le diagnostic d’instabilité de cheville est clinique essentiellement c’est a dire qu’il est basé sur la description de ce que ressent le patient et l’examen de la cheville par le médecin.
Les examens complémentaires sont là pour confirmer cette impression et pour rechercher d’éventuelle lésion associées justifiant d’un traitement spécifique.

Le bilan comprend généralement des clichés radiographiques en stress (c’est a dire au cour desquels une contrainte est exercé sur la cheville) et un arthroscanner ou une IRM.
Ces examens ne doivent pas être prescrit trop précocement par rapport au dernier traumatisme.

Le traitement chirurgical

Il ne concerne qu’exceptionnellement un épisode d’entorse. Il s’adresse d’avantage à l’instabilité chronique. Cette dernière entraine la dégradation progressive de l’articulation avec l’apparition d’arthrose. Il est donc important de la prendre en charge.

Les techniques chirurgicales sont variées. Elles doivent s’adapter aux lésions et au profil d’activité du patient.

Les suites

L’hospitalisation est généralement de 48h. Une immobilisation protège la chirurgie pendant les 6 à 8 premieres semaines. Initialement l’appui est contre indiqué puis il est autorisé sous protection de l’attelle qui secondairement enlevée.

Une rééducation spécifique démarré simultanément a la reprise d’appui.