Traitements des douleurs persistantes après entorse de la cheville à Cavaillon (Vaucluse)

Les chirurgiens orthopédistes du centre Alpilles Luberon Orthopédie à Cavaillon (Vaucluse) vous informent sur les traitement des douleurs persistantes après entorse de la cheville.

Qu’est que c’est ?

Parfois, après une entorse, et même lorsque la rééducation a été bien suivie et que le ligament externe a bien cicatrisé, il persiste à distance des douleurs de cheville à la partie antérieure et externe. Celle ci peuvent correspondre un conflit tissulaire antre externe. Il s’agit d’une sorte de « frottement » à l’intérieur de de la cheville, entre les os et les tissus cicatriciels qui ce sont constitués autour des ligaments externes.

Pourquoi ça fait mal ?

C’est ce « frottement » à la partie externe de la cheville qui est responsable d’une inflammation douloureuse. Les symptômes sont liés à la flexion dorsale de cheville. Les douleurs à l’accroupissement, à la montée ou à la descente des escaliers, gonflement de la cheville en fin de journée sont des symptômes très évocateurs.

Que peut on faire ?

Le type de traitement qui s’applique le mieux à votre situation est évalué en concertation avec votre chirurgien.
Le traitement chirurgical par arthroscopie reste la référence. Il consiste à « nettoyer cette cicatrisation excessive au niveau des ligaments externes. Il est efficace avec plus de 80% des cas.

Quand faut il opérer ?

Il faut d’abord compléter votre bilan par une laximétrie et éliminer un problème d’instabilité. Ce n’est que dans ces conditions que l’on peut faire le diagnostic de conflit. En cas de conflit avéré cliniquement et responsable d’une gêne fonctionnelle et d’une douleur avec retentissement dans les activités de la vie quotidienne, une intervention est légitime.

Comment cela se passe t’il ?

Les modalité d’anesthésie seront choisies en concertation avec l’anesthésiste au cour d’une consultation qui doit avoir lieu au moins 48 heures avant l’opération. Le plus souvent une Anesthésie Loco-Regionale (ALR) éventuellement associée à une sédation (Anesthésie générale très légère sans assistance respiratoire) est privilégiée. Aucune douleur ne peut être ressentie durant les 12 à 24 premières heures. Ensuite nous utilisons des médicament par la bouche pour prendre le relais mais la phase aiguë, la plus douloureuse est passée.

Dans la majorité des cas une arthroscopie est réalisée. Elle permet à travers de petites incisions et sous contrôle d’une camera de retirer la cicatrice en excès.

Quelles sont les suites habituelles ?

  • L’hospitalisation peut être réduite à une journée (ambulatoire) ou de 24 à 48h.
  • La marche avec un appui complet est autorisé des le réveil du pied avec une paire de béquilles
  • Un traitement anticoagulant peut être nécessaire en fonction de vos facteurs de risque.