Traitement de l'arthrose du gros orteil ou hallux rigidus à Cavaillon (Vaucluse)

Les chirurgiens orthopédistes du centre Alpilles Luberon Orthopédie à Cavaillon (Vaucluse) vous informent sur le traitement de l'arthrose du gros orteil ou hallux rigidus.

Qu’est ce que c’est ?

C’est l’usure ou arthrose de l’articulation métatarse phalangienne du gros orteil.

Pourquoi cela fait il mal ?

L’usure de l’articulation entraine la disparition progressive de la surface de glissement constituée par le cartilage. Celui permet, quelques soit l’articulation un mouvement sans accrocs. Sa disparition entraine des craquements, gonflements et douleurs au niveau de l’articulation elle-même (ça « frotte »). Mais cela entraine également une limitation de la mobilité et l’apparition de becs de perroquet responsable de gêne au chaussage.

Que peut on faire ?

L’attitude thérapeutique dépend de la situation. Nous la déterminons ensemble en fonction de votre gêne et de ce qui a déjà été réalisé. Il peut s’agir d’une modification du chaussage, d’orthèses plantaires ou de chirurgie.

Quand faut il opérer ?

La douleur, la gêne et l’évolution de la déformation sont les critères a prendre en compte. Le critère esthétique ne doit pas être retenu.

Comment cela se passe t’il ?

Les modalité d’anesthésie seront choisies en concertation avec l’anesthésiste au cour d’une consultation qui doit avoir lieu au moins 48 heures avant l’opération. Le plus souvent une Anesthésie Loco-Regionale (ALR) éventuellement associée à une sédation (Anesthésie générale très légère sans assistance respiratoire) est privilégiée. Aucune douleur ne peut être ressentie durant les 12 à 24 premières heures. Ensuite nous utilisons des médicament par la bouche pour prendre le relais mais la phase aiguë, la plus douloureuse est passée.

Le principe et de nettoyer (chéilectomie), bloquer (arthrodèse) ou remplacer l’articulation (arthroplastie). Le type précis du geste chirurgical est déterminé en fonction de l’examen de votre pied et de vos radiographies. Les avantages et des inconvénients de chaque technique seront discutés pour choisir celle la plus adaptée à la situation.

Quelles sont les suites habituelles ?

  • L’hospitalisation peut être réduite à une journée (ambulatoire) ou de 24 à 48h.
  • La marche avec un appui complet est autorisé des le réveil du pied sur une chaussure postopératoire spéciale.
  • Un traitement anticoagulant peut être nécessaire en fonction de vos facteurs de risque.
  • Les pansements sont refaits par l’équipe chirurgicale au cour de consultations dédiées
  • L’arrêt de travail oscille entre un et deux mois en fonction de la profession exercée.